Nos témoignages

Gabrielle Thollon, bénévole à la protection civile de Nantes

L’année de ses 16 ans, Gabrielle passe son AFPS (attestation de formation aux premiers secours). C’est par l’intermédiaire d’un ami qu’elle décide d’adhérer à la Protection Civile suite à l’obtention de cette formation.

 

Depuis, elle a occupé différentes responsabilités au sein de la Protection Civile. Secrétaire, trésorière ou encore responsable des formations, aujourd’hui, elle donne de son temps pour organiser des formations PSC1.

Pour Gabrielle, la PC44 est une association très enrichissante humainement, car pour elle l’entraide est la valeur la plus importante. Ses différentes missions, dont l’une pour une colonie de vacances où elle avait été missionnée pour aider tout un groupe victime d’une intoxication alimentaire, l’ont conforté dans son engagement et l’aident à s’épanouir totalement.

Ancienne bijoutière-joaillière, l’association lui a donné le goût de la formation et elle prépare aujourd’hui un concours dans le but de devenir professeure des écoles.

 

Et quand on lui demande ce qu’elle dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“C’est une école de la vie. Je m’y suis beaucoup épanouie depuis mon adolescence. J’y ai fait de belles rencontres, amoureuse et amicale. C’est ma deuxième famille. Et j’ai appris tellement de choses… Merci.”

 

Charles Marion, bénévole à l’antenne de Rezé

 

Ayant depuis tout jeune l’envie d’aider les autres, sa motivation à se former aux gestes de premiers secours l’a conduit à adhérer à la Protection Civile.

 

Son travail de photographe professionnel lui permet alors de montrer à la population les missions de la Protection Civile en image dans le but de donner envie aux gens de rejoindre l’association.
En adhérant à la PC44, il a donc pu se former aux gestes de premiers secours et participer à différents postes de secours dans lesquels il aime retrouver une équipe soudée et où il peut découvrir tout type de manifestations.

 

Et quand on lui demande ce qu’il dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Cet engagement n’est pas anodin. Il faut pratiquer et faire des potes pour savoir réagir de la meilleure des manières. Cet engagement est une expérience personnelle vraiment inédite qui permet d’allier secours à personne, rencontres, professionnalisme et esprit d’équipe.”

 

Cécile Giraudet, bénévole à l’antenne de Pays de Grand Lieu

 

Dans le cadre de ses études pour devenir Assistante Maternelle, elle avait besoin de passer son Brevet National de Secourisme. C’est alors qu’en 1986 Cécile Giraudet se rapproche de la Protection Civile.

 

Depuis, elle organise des réunions d’informations auprès des bénévoles et participe bien sûr aux missions de secours de la Protection Civile.


Pour Cécile, le partage d’expérience est la valeur primordiale de son engagement. Grâce à ses compétences en matière de secourisme, elle a pu apprendre aux autres mais également faire de belles rencontres.

Et quand on lui demande ce qu’elle dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“La Protection Civile 444 est ouvert à tous et chacun peut y trouver sa place. Si tout le monde apporte un petit caillou au nouveau siège nous aurons bientôt un château pour nous retrouver.”

 

Simon Gaonach, bénévole à l’antenne Erdre et Cens

 

Animé par le souhait de devenir pompier, Simon adhère à la Protection Civile. Ses projets professionnels étant modifié, il reste bénévole à l’association et lui permet de continuer à aider les gens.

 

Depuis son adhésion, Simon s’occupe de relance les bénévoles au sein de l’antenne d’Erdre et Cens afin de remplir les postes de secours du département. De plus, il effectue aussi la mission de responsables des formations PSC1 et en réalise dès qu’il le peut.

 

Son engagement à la Protection Civile lui a permis de développer un certain don de soi. Vouloir se donner à 100% durant les interventions est selon lui le plus important, même si cela peut empiéter sur ses impératifs personnels. Il souligne également que l’association et les différentes missions facilitent à tisser des liens forts, que ce soit avec les victimes ou avec les bénévoles.

Aujourd’hui cariste dans l’agro-alimentaire, Simon a pu acquérir des compétences en matière de secourisme et de communication et assouvit son désir d’aider son prochain.

Et quand on lui demande ce qu’il dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Que la Protection Civile peut devenir une seconde famille et de toujours faire nos activités avec l’entrain de la passion. Il ne faut surtout pas que cela devienne une contrainte imposée afin de perdurer le plus longtemps possible. Tant que la joie de retrouver des amis ou l’envie d’aider les gens est présente, tout le monde peut porter haut et fort les couleurs de la Protection Civile.”



Christine Cingarlini,  bénévole à l’antenne de Couëron Saint-Herblain

 

Christine a toujours eu le désir d’aider les autres et d’apprendre les gestes qui sauvent. C’est en discutant avec un de ses collègues qu’elle prend connaissance de la Protection Civile. Elle décide de passer sa formation PSC1 et très rapidement, elle s’engage auprès de l’association.

Elle effectue par la suite diverses formations de secouristes et d’équipier secouriste, et afin de prouver son engagement elle devient très vite Responsable des dispositifs prévisionnels de secours.

Pour Christine, le plus important dans la Protection Civile est la notion de dévouement et de soutien aux autres. Elle s’épanouit alors pleinement au sein de l’association qui lui permet de travailler en équipes, et de s’enrichir humainement à chaque interventions.

 

Assistante de Direction, elle a pu initier ses collèges aux gestes de premiers secours, et donc partager sa passion.

Et quand on lui demande ce qu’elle dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Foncez ! Qu’il n’y a pas d’âge pour devenir bénévole à la Protection Civile, que chacun peut, avec ses capacités quelles qu’elles soient, trouver sa place. La Protection Civile est une grande famille où l’on peut s’épanouir, se rendre utile et rencontrer des gens formidables.”

 

Mélanie Rio, bénévole à l’antenne Loire-Divatte

 

C’est en passant son attestation de formation de premiers secours à la Protection Civile que Mélanie décide de s’y engager. Elle participe à différents postes de secours durant lesquels elle a vécu de belles expériences témoignant d’une grande cohésion d’équipe et d’adrénaline constante. De plus, au sein de son antenne, elle aide à la gestion des formations et au secrétariat.

Grâce à la Protection Civile, elle souligne avoir un regard différent sur ce qui l’entoure et reconnaît qu’elle a une chance incroyable de vivre cette expérience humaine.

 

Et quand on lui demande ce qu’elle dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Motivation, générosité et disponibilité sont nécessaires pour être épanoui dans les missions et la vie associative que propose la Protection Civile ! C’est une expérience de vie riche en apprentissage, en psychologie et en ouverture des autres.”

 

Théo Le Delezir, bénévole à l’antenne de Carquefou

 

C’est à 17 ans que Théo décide d’adhérer à l’association. Souhaitant approfondir son PSC1, il est informé qu’il peut devenir secouriste grâce à la Protection Civile. Il approche donc l’antenne de Carquefou et devient bénévole.

 

Bénévole depuis 1 an, il assiste déjà les formateurs durant les sessions de formations et commence à gérer peu à peu le matériel.
Il a également participé très vite aux postes de secours qui lui permettent de découvrir beaucoup d’univers différents. Ses missions diverses lui ont permis de se rendre compte que la qualité principale d’un secouriste était d’être bienveillant et de ne jamais juger une victime se trouvant dans des situations délicates.

 

En Terminale S à la Perverie, son engagement à la Protection Civile est un bel atout pour son CV qui plaît beaucoup aux écoles. De plus, au lycée, on le sollicite souvent quand il y a des malaises ou des petits bobos quand l’infirmière n’est pas disponible. Ainsi, il se perfectionne dès qu’il le peut.

Et quand on lui demande ce qu’il dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Je dirais de passer son PSC1 si ce n’est pas déjà fait, puis de prendre contact avec le responsable d’antenne le plus proche. Toutes les questions pourront lui être posées. Si tu hésites, demande au responsable d’antenne d’assister à un poste de secours ou à un entraînement pour voir si c’est ce qui te convient. Si oui, n’hésite pas, il y a de la place pour tout le monde, tu entreras dans la grande famille de la Protec, et à toi les postes de secours.”

 

Steven Beaumont, bénévole à l’antenne Pays de Grand Lieu

 

Ayant obtenu un bac pro Sécurité-Prévention en 2014, Steven souhaite valoriser son diplôme et acquérir de l’expérience dans le domaine du secourisme. Ainsi, il prend contact avec l’antenne et s’engage dans la Protection Civile en tant que secouriste.

L’association lui permet de valoriser l’esprit d’équipe auquel il tient tant et comme il dit “seule on va plus vite, ensemble on va plus loin !”

 

Depuis son engagement, il a effectué de nombreux postes de secours qui lui ont permis de participer à divers événements tout aussi extraordinaire les uns que les autres. Il a alors pu allier découverte et secourisme, missions qui lui ont d’ailleurs demandé beaucoup de sang-froid et de réactivité. De plus, il souligne que ces interventions sont des grands moments de partage qui renforcent les liens entre les membres de l’équipe où l’on apprend beaucoup sur le métier et sur soi-même.

 

Son expérience lui a donné la chance de devenir aussi pompier volontaire, sans pour autant avoir quitté la Protection Civile. Il travaille en tant qu’Agent de sécurité incendie.

Et quand on lui demande ce qu’il dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Que tout le monde a sa place à la Protection Civile. Même sans diplôme de secourisme, vous pouvez être utile sur un poste de secours. On a toujours besoin de petites mains ! […] Si vous hésitez encore à nous rejoindre, venez échanger avec nous sur les postes de secours ou sur les forums associatifs. Et si vous avez envie de nous rejoindre, contactez le/la responsable de l’antenne la plus proche de chez vous.”

 

Miguel Floris, bénévole à l’antenne de Couëron Saint-Herblain

 

C’est en 1994 à l’âge de 16 ans que, par le biais d’un ami, Miguel décide de rejoindre l’association.

Au fil du temps, Miguel a découvert que l’engagement, qu’il soit citoyen, professionnel ou personnel était le moteur de l’association. D’après lui, l’important est d’être humble et d’être animé par la volonté d’aider son prochain. Le tout étant de vouloir se former continuellement afin d’être performant durant les interventions et ainsi sauver les autres. De plus, il ajoute que l’association lui a permis de tisser des liens forts avec le reste des bénévoles et que la cohésion d’équipe se renforce de missions en missions, mais également durant les moments difficiles que l’association peut rencontrer.

 

Pour Miguel, l’association a littéralement influencé ses choix professionnels puisqu’il est infirmier. Toutes compétences acquises durant son parcours lui ont permis d’être un vrai professionnel du secours. Aujourd’hui, il met à profit ses compétences professionnelles à la Protection Civile, mais également dans les centres d’incendies de Saint-Nazaire et Carquefou où il est infirmier de sapeur pompier.

 

Et quand on lui demande ce qu’il dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Vous voulez développer des compétences utiles ? Apprendre à gérer l’urgence et vous confrontez à des situations où vous allez devoir donner le meilleur de vous-même ? Apprendre à vraiment bosser en équipe ? Adhérez et vous pourriez vous surprendre vous-même.”

 

Lucile Oresnik, bénévole à l’antenne Estuaire et Sillon

 

C’est en débutant par le secourisme en mer que Lucie souhaite compléter ses compétences par le secourisme sur terre. Elle s’engage alors au sein de la Protection Civile.

 

Elle a été durant 5 ans la responsable de l’antenne, puis responsable des formations, responsable des postes et bien d’autres missions.

Pour elle, le plus important est l’engagement actif et sincère. Elle a depuis tissé des liens forts avec ses collaborateurs, mais a également, grâce à l’association, pu développer son rapport à l’autre, et acquérir de la confiance en soi, ainsi qu’en ses compétences.

 

Et quand on lui demande ce qu’elle dirait à des candidats qui souhaiteraient s’engager :

“Adhérer à la Protection civile, c’est un état d’esprit, c’est donner de soi pour aider les autres, mais pas seulement pour l’antenne. Il faut voir au-delà : nous sommes une association et cette association a  besoin de nous, de notre temps, de notre savoir-faire et de notre altruisme. […] En résumé : être secouriste à la Protection Civile, c’est donner du temps avant tout. Si le candidat n’en a que très peu, il est plus sage qu’il s’abstienne.”