La Protection Civile 44 appelée pour un exercice national

Un exercice de simulation d’une prise d’otage dans un ferry a eu le 3 décembre 2009 dans le port de Cherbourg.  5 secouristes, 100 lits et 100 couvertures du 44 et on rejoint une équipe de 25 bénévoles en grande majorité de l’ADPC 50. Le but était de tester la coordination opérationnelle nationale et l’intercommandement terre/mer.

protection civile 44 exercice national.jpg
Pôle Communication 44

Nantes : une antenne ouverte

nantes une antenne ouverte.jpg

Nous nous sommes rendus au local de l’antenne de Nantes lors d’une permanence un samedi (11h-13h). Vérification du matériel utilisé la veille, remboursements des frais, un peu de rangement pour ces 5 secouristes présents ce jour-là.

La fondation de la section de Nantes remonte à 1971. Elle est une des plus anciennes antennes du département. Christine Boisliveau en est, depuis 5 ans, la présidente-déléguée et elle-même secouriste depuis plus de 27 ans. D’ailleurs, «pourquoi pas un autre président-délégué pour 2010» lance-t-elle avec un sourire. N’ayez pas peur tout va très bien !
7 adhérents de plus en 2009 !
L’antenne compte 27 adhérents. Elle se compose de 4 formateurs, 14 PSE 2, 6 PSE 1 et 7 PSC1. Elle réalise cette année 2009 pas moins de 57 dispositifs prévisionnels de secours (dont 4 PAPS) totalisant une recette brute de près de 24 000 euros. Beaucoup de renforts des antennes (25% des effectifs totaux) sont nécessaires quand on songe au nombre de dipositifs de plus 8 secouristes réalisés. «Autant dire qu’ils n’ont pas «chômé» nos secouristes et un grand merci aux renforts » conclut Christine. Et encore ce ne sont que les postes de secours locaux !
Une antenne dynamique et ouverte sur le 44
En effet, les secouristes de l’antenne sont sur tous les fronts. On les retrouve aussi bien au plan Froid que le plan Grand froid et que sur les centres de vaccinations.  «J’ai organisé pas mal de formation «pandémie grippale» dans le 44  et accompagné un monitorat. J’ai été aussi en renfort zonal à la Solitaire du Figaro» poursuit Guy Jego, arrivé cette année dans l’antenne. Bernadette (voir ci-contre) a été en renfort au Carnaval de Nice, Mauricette Joly aux Fêtes de Bayonne et les «chants de marins» à Paimpol. Christine a réalisé 4 formations continues PSE 2 à Remouillé, à Carquefou et à Nantes et une pour l’antenne de Saint-Herblain. N’oublions pas pour finir, la présence de Dalila et de Mauricette pour l’APMR à l’Aéroport de Nantes-Atlantique.
Et pour 2010 ?
Une petite déception, «on ne fera pas les folles journées, car ils ont trouvé autre chose» avoue Christine. Mais beaucoup de projets. Après l’achat de compléments pour 2 lots A et 4 lots B, des investissements sont à venir. «Avec notre «chaussette», on voudrait s’acheter une ambulance en plus de notre VTU dont on va aussi refaire la carrosserie» annonce Patrick Guillet. On le voit l’antenne de Nantes a de beaux jours devant elle, même si leur local a un avenir plutôt incertain. Conservera t-elle ses «célèbres et symboliques » escaliers en colimaçon ?
Pôle Communication

OGRIPA ! Un exercice pourquoi faire ?

Depuis le mois de juin, l’actualité de la pandémie grippale A, les recommandations fédérales ainsi que les sollicitations de la Préfecture ont orienté notre action vers une formation opérationnelle suivie d’une excercice sur la gestion d’un structure intermédiaire. 
L’objectif de l’exercice du 7 novembre était de répéter, dans des conditions proches de la réalité, la gestion d’une structure d’accueil pour une population fragile : les sans-abris. Nous devions démontrer notre capacité opérationnelle au Préfet et à la DDASS. Mme Garry, directrice de la veille sociale 44, est venue se rendre compte de la complexité de cet accueil. Bien qu’habitués à cette population par les plans hivernaux, la structure intermédiaire implique une contrainte majeure et supplémentaire : éviter la contagion des bénévoles et l’aggravation de l’état des accueillis.
Bilan
En retour d’expérience, nous retenons que les participants ont pu appréhender les difficultés à éviter la diffusion du virus. Ils ont démontré leur capacité d’adaptation à cette situation difficile. Mais nous devons encore améliorer l’application trés rigoureuse des consignes d’hygiène et l’entraide à la prise en charge complète mais discrète d’un sans-abri.
La cellule opérationnelle, remercie  l’ensemble des bénévoles qui ont participé activement pour faire progresser  nos capacités opérationnelles.
Bruno ROBERT
Responsable Opérationnel Départemental 44