Plan Temps Froid : la Protection Civile 44 au chevet des sans-abri

En raison d’une dégradation des conditions climatiques, le Plan Temps froid a été déclenché par la Préfecture 44 à compter du 8 janvier 2021 au soir. Comme chaque hiver, les bénévoles secouristes de la Protection Civile 44 se mobilisent pour mettre en œuvre un centre d’hébergement d’urgence sur la ville de Nantes et déployer des maraudes auprès des sans-abri sur la Ville de Saint-Nazaire.

Protection Civile 44 : aider les plus démunis

La Protection Civile 44 participe, en qualité de collaborateur des pouvoirs publics grâce son agrément de sécurité civile, à des actions d’urgence en soutien des populations sinistrées et les plus démunies. Depuis 2003, elle participe au plan hivernal sous l’autorité de la Préfecture 44, notamment par l’organisation de maraudes sur la ville de Saint-Nazaire et l’ouverture d’urgence du gymnase, Joël Paon, mis à disposition par la ville de Nantes.

Le déclenchement

En cas de dégradation des conditions météorologiques qui mettent en danger la vie des personnes sans abri, la Préfecture 44 déclenche le plan hivernal en mettant en alerte notamment la Protection Civile 44. Seule l’autorité préfectorale met fin au plan dès lors que les conditions redeviennent acceptables.

Gérer un centre d’hébergement d’urgence

Les bénévoles de la Protection Civile 44, formés à l’aide et l’écoute psychologique, assurent l’accueil des sans-abri au sein d’un centre d’hébergement d’urgence de 25 places pour les personnes majeures, hommes, femmes et couples. Les personnes peuvent s’y restaurer, se laver et dormir à l’abri avec l’orientation préalable du SAMU Social (115). Trois équipes de trois à quatre bénévoles se relaient de 7h30 à 22h pour faire fonctionner ce centre d’hébergement d’urgence. Un veilleur de nuit est présent entre 22h et 7h30. Contexte sanitaire oblige, les hébergés disposent chacun d’une tente chapiteau équipée d’un lit de camp et d’une literie propre et adaptée. Les entrées/sorties ainsi que les prises de repas sont également réalisées dans le strict respect des mesures barrières. Les compagnons à quatre pattes sont acceptés. Nouveauté : habituellement ouvert la nuit uniquement, le gymnase permet désormais un accueil 24h/24H.

Aller au-devant de ceux qui en ont le plus besoin

Depuis 2006, des maraudes sont organisées par les bénévoles de la Protection Civile 44 en collaboration avec le CCAS de la ville de Saint-Nazaire. De la nourriture et des couvertures sont distribuées. Les personnes de la rue sont invitées à rejoindre un foyer dédié en fonction des places disponibles.

Cette mission bénévole d’hébergement d’urgence se déploie en complémentarité de l’ouverture fin novembre 2020 d’un autre gymnase nantais (Emile Morice sur l’île de Nantes). Dix bénévoles s’y relaient également toute la journée pour accueillir et protéger dans les mêmes conditions les plus démunis face au COVID-19.

Pour tout reportage, dans le respect des consignes sanitaires, merci de prendre contact avec l’association auprès de : Nicolas Bertet, Vice-président départemental en charge de la communication, 0686955220 ou par mail communication@44.protection-civile.org

La Protection Civile 44 maintient ses formations SST et se tient prête à agir.

Au regard des annonces présidentielles et des dispositions ministérielles, nous avons décidé de réactiver notre cellule de crise et de maintenir nos formations en entreprises.

Durant ce deuxième confinement, et jusqu’à nouvel ordre, nos formations au secourisme sont autorisées et donc maintenues autant que possible.

Le centre de formation départemental poursuit les formations en semaine au sein des entreprises.
Les formations au centre et à destination du grand public qui ont lieu le week-end sont suspendues.

Toutes ces formations auront lieu dans le strict respect des gestes barrières et en application du protocole sanitaire mis en place par l’INRS (formation SST) et par la FNPC, notre autorité d’emploi.

Nous avons renouvelé notre mise à disposition auprès de la Préfecture 44 pour accompagner nos institutions dans ce nouvel épisode de crise sanitaire. Nos forces opérationnelles ont été mise en alerte sous la houlette de notre cellule de crise. Nos missions de transports sanitaires vont s’accélérer dans les jours qui viennent.

#Portrait de bénévole

Gaëtan, 31 ans, médecin généraliste remplaçant

« Je me suis engagé dans cette mission pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’on m’y a appelé. En effet, un appel a été lancé via le réseau du diocèse de Nantes pour trouver des bénévoles volontaires pour cette mission. Il était donc important pour moi de répondre à cet appel au service des autres. Ensuite, je crois que, comme beaucoup de Français en cette période de confinement, j’avais à cœur de me rendre utile, et ce projet me permettait de mettre en œuvre mes compétences au service des plus démunis. Les cabinets de médecine de ville se vidant pendant le confinement, il devenait très frustrant de se sentir paradoxalement inutile en cette période de crise sanitaire. On m’offrait ici une véritable chance de devenir à nouveau utile, et de surcroit envers une population qui a cruellement besoin d’aide.

Ma mission principale dans le projet du centre de Saint Aignan est d’assurer en équipe avec une infirmière et les équipes de la Protection Civile une surveillance médicale rapprochée des patients présents dans le centre. En effet, nous accueillons des patients porteurs du Covid-19 sans signes de gravité mais dont la situation sociale est qualifiée de précaire, empêchant une autosurveillance de qualité pour ces derniers, tout autant que le respect des mesures barrières. Ainsi notre rôle est de surveiller chez les patients, les signes de gravité qui pourraient survenir, ainsi que les critères de guérison, le tout dans un cadre organisé et sécurisé. En partenariat avec différentes organisations nous essayons également de prévoir pour ces patients une sortie dans de bonnes conditions en essayant par exemple de trouver un hébergement à ceux qui n’en n’ont pas.

Pour des raisons organisationnelles durant la période de confinement, mon épouse et mes enfants ont quitté notre maison à Nantes. Malgré les difficultés dues à l’éloignement et la solitude pour moi, et à la gestion des enfants sans leur papa pour mon épouse, cette configuration m’a permis d’exercer ce volontariat dans des conditions sereines quant au risque de contamination de mes proches.

J’ajouterais ici de nombreux remerciements :

– Au Dr Marie-Claude Bottineau d’abord, en charge de cette magnifique aventure, dont l’expérience impressionnante, nous a permis d’évoluer dans des conditions particulièrement favorables.

– A la Protection Civile ensuite, que je ne connaissais que de nom et dont l’identité profonde et les missions m’étaient totalement inconnues. J’ai donc eu la joie de découvrir cette association dont la diversité des profils n’a d’égale que la commune motivation de chacun permettant de développer rapidement des projets organisés et structurés ! Une vraie richesse !

– A toute l’équipe médicale volontaire, infirmières et médecins, avec qui nous partageons la charge du suivi médicale. Les équipes changeant quotidiennement le défi est de taille mais grâce aux idées et à la bienveillance de chacun, le travail est réalisé et j’ose même dire qu’il est fort bien réalisé.

– Enfin et comme toujours, aux patients. Car dans notre profession, malgré les bouquins et les études c’est bien d’eux que nous apprenons le plus. Leur vie, leur histoire, leur parcours, leur ressenti, leur détresse, leurs peurs, leur joie, leurs sentiments autant que leur satanée maladie et ses symptômes sont autant de puits de savoir sur la dignité et sur l’HOMME qu’on ne peut découvrir qu’à leur cotés. »