Trail du vignoble Nantais 2011

Les organisateurs du Trail du vignoble nantais ont montré leur confiance en la Protection Civile pour la quatrième année consécutive. L’organisation rodée de ce dispositif de moyenne envergure a permis de répondre aux différents besoins sur les 13 heures d’activités du poste, avec la collaboration exceptionnelle du SDIS 44 et du SAMU 44.

Rendez-vous donné sur le site du Lycée Briacé au Landreau. Les 26 et 27 février 2011, plus de 30 secouristes de la Protection Civile 44 ont couvert cette manifestation sportive. Elle a regroupé pas moins de 1700 participants qui se sont affrontés sur 3 courses avec une partie nocturne et une partie diurne à travers plusieurs communes du vignoble : Le Loroux Bottereau, La Chapelle Basse Mer, Barbechat, Saint Sauveur de Landemont, Landemont et La Remaudière.

Assuré par l’antenne Loire Divatte et le prompt renfort des antennes voisines, Vallet, Nantes, Basse-Goulaine et Saint-Herblain, le dispositif s’organise autour d’« un poste principal, des équipes sur certains ravitaillements, une équipe prête à partir, une équipe médicalisée, bref, un roulement bien rôdé » nous explique Mélanie Rio, secouriste au poste principal. Le tout orchestré par Vincent Ferrand, chef du dispositif. « 19 interventions, principalement des traumatismes des articulations, des malaises et quelques plaies simples, ont été réalisées. Nous avons pu intervenir avec un délai moyen inférieur à 10 minutes » nous confie ce dernier. Les équipes ont bénéficié en plus d’un médecin, venu compléter l’effectif pour un avis médical fort utile, compte tenu de l’étendue du parcours. « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec le CTA du SDIS 44 et le SAMU44. Le premier, pour nous faire transiter les appels concernant les victimes sur le parcours, le second pour la régulation médicale en partenariat avec le médecin du poste » poursuit-il.  « Ils nous contactaient lorsque des gens sur le terrain les appelaient directement pour que nous intervenions plutôt que d’envoyer une de leur équipe » complète Mélanie.
Un dispositif riche en activité, comme en témoignent les 6 transferts vers le poste de secours médicalisé qui auront été enregistrés, dont 2 qui aboutiront sur une évacuation vers le CHU par ambulance privée.  « Les victimes que l’on a pris en charge étaient agréables et nous ont donné l’occasion d’intervenir sur un panel de cas très variés » nous explique Alice, venue de l’antenne de Nantes.

« C’est un dispositif relativement intéressant par le fait qu’il est assez vaste » explique Benjamin, un secouriste de l’antenne de Saint-Herblain venu en renfort. « Cela nous a permis d’utiliser les VPS et VL, ce qui nous a fait voir le poste d’une autre façon grâce à la prise en charge sur place des victimes et de leur transport » continue la secouriste nantaise. « C’est un DPS psychologiquement fatiguant, de part le fait qu’il se passe en extérieur à une période où il n’est pas évident de patienter des heures. Mais si j’ai l’opportunité de le faire tout les ans, ce sera avec plaisir » nous confiera Christophe de l’antenne de Vallet, à l’image de Bastien, qui « compte le refaire l’année prochaine. Ca fait déjà 3 fois que j’y participe ».

Nicolas Bertet
Le responsable de communication départemental

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.